18/01/2018

Combien on doit aimer

Combien on doit aimer
Pour savoir pardonner.
Combien la sincérité est importante
Pour savoir sourire sans attendre.
.
Combien de personnes savent donner
Et en retour, ne rien demander.
Cherche au fond de ton coeur
Combien l'amitié a de valeur.
.
Si un jour, un ami te fait de la peine,
C'est peut-être parce qu'il a un problème.
Laisse lui avoir raison,
Car il tient à son opinion.
.
Respecte son avis,
Car lui aussi veut vivre sa vie.
Attends sans dire un mot, patiemment,
Et il te demandera pardon, en hésitant.
.
Aimer sans possession, en laissant toute liberté,
C'est ça, la seule et vraie amitié.

Angbleu-x-c

09:48 Écrit par Jean Claude Richier dans Textes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/12/2017

Quand je fais in poème

Quand je fais un poème
J'y mets toute ma joie ,toute ma peine
Tout mon amour , toute ma haine

J'y mets tout mon cœur
Dans des moments de tristesse et de bonheur.

Quand j'écris je fais ressortir ce que je ressens
Je montre mes sentiments.

Je me sens libre d'exprimer mes pensées
Sur une feuille de papier.

Ce que je ne peux pas toujours dire
Ca m'apaise et me redonne le sourire.

Mon stylo va danser à ne plus s'arrêter
Jusqu’à ce que je manque d'idée

Pour recommencer quand je serais
à nouveaux inspirée.

Crée par Dany

https://plus.google.com/u/0/110227081024256303108

09:16 Écrit par Jean Claude Richier dans Textes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2017

Liberté sur parole

 
Deux corps face à face
Sont parfois deux vagues,
Et la nuit est océan.
Deux corps face à face
Sont parfois deux pierres,
Et la nuit, un désert.
Deux corps face à face
Sont parfois racines
Enlacées dans la nuit.
Deux corps face à face
Sont parfois des couteaux,
Et la nuit, étincelle.
Deux corps face à face
Sont deux astres
Qui chutent en un ciel vide.
Liberté sur parole

       -Octavio Paz

16:22 Écrit par Jean Claude Richier dans Textes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2017

Je n'ai plus

Je n'ai plus le temps de souffrir,
En courant après tout et rien,
Je préfère aujourd'hui sourire,
Et vivre pleinement mon destin,

Je n'ai plus le temps de me lamenter,
Sur ce que je m'infligeais à moi-même,
Je préfère aujourd'hui aimer,
Ce qui est simple, sans stratagème,

Je n'ai même plus le temps d'attendre,
Ce qui ne reviendra jamais,
Je préfère aujourd'hui me rendre,
À ce qui est là dans le concret,

Je n'ai plus temps de tout vouloir,
Le nécessaire m'étant offert,
Je peins la couleur sur le noir,
comme le printemps remplace l'hiver,

Je n'ai plus le temps de me perdre,
Je préfère de loin préserver,
Ce qui au fond de moi est clair,
Et m'aide au mieux à avancer 

Alexandra JULIEN

22:30 Écrit par Jean Claude Richier dans Textes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2017

Poème d'Alzheimer

10517950_961992617164763_8115733314240883805_n.jpg

09:23 Écrit par Jean Claude Richier dans Textes divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |